LUXEMBURG (R.)


LUXEMBURG (R.)
LUXEMBURG (R.)

LUXEMBURG ROSA (1870-1919)

Née près de Lublin, en Pologne sous domination russe, Rosa Luxemburg est issue d’une famille de commerçants juifs de tradition libérale.

Après des études au lycée de Varsovie, elle entre dès 1887 en relation avec des militants socialistes polonais. Obligée de passer à l’étranger à cause de son activité politique, elle s’installe à Zurich, où elle étudie l’économie politique et devient marxiste. Avec son compagnon Leo Jogiches, elle participe en 1893 à la fondation du Parti social-démocrate du royaume de Pologne, qu’elle représente au congrès de Londres de la IIe Internationale (1896).

Deux années plus tard, elle contracte un mariage blanc avec un médecin allemand afin de pouvoir militer dans le Reich, et s’inscrit au Parti social-démocrate (S.P.D.). Elle s’impose comme une des figures de proue de l’aile gauche du parti, et dirige la contre-attaque contre les thèses révisionnistes d’Eduard Bernstein; elle soumet, dans sa brochure Réforme ou Révolution (1889), le réformisme de Bernstein à une critique acérée, s’attaquant en particulier au parlementarisme qu’il préconisait. Brillante journaliste, elle assure la rédaction en chef du quotidien Sächsische Arbeiterzeitung et collabore à plusieurs publications sociales-démocrates, dont Die neue Zeit , la revue théorique dirigée par Kautsky. Oratrice très demandée, elle parcourt l’Allemagne au gré des meetings et des campagnes du parti.

Mais cette activité au sein du S.P.D. ne l’a jamais détournée des affaires polonaises. En décembre 1905, elle gagne clandestinement Varsovie en révolution. Elle propose aux militants une compréhension globale du mouvement et fixe dans ses brochures les buts immédiats à atteindre: contrecarrer l’orientation putschiste des courants nationalistes et étendre la révolte contre le tsarisme à la paysannerie et à l’armée. Emprisonnée en mars 1906, elle est libérée en juillet et peut quitter Varsovie. Elle rédige alors Grèves de masses, parti et syndicats , dans lequel elle tire pour la classe ouvrière allemande les enseignements de la révolution russe et polonaise.

Sa conception de la grève politique et le mot d’ordre central qu’elle préconise pour l’Allemagne — «la république» — entraîne en 1910 sa rupture avec Kautsky et la majorité de gauche du S.P.D. C’est aussi vers cette époque qu’elle se lance dans une campagne de dénonciation du militarisme allemand et qu’elle se lie avec Karl Liebknecht. En août 1914, après le vote des crédits de guerre par les députés sociaux-démocrates, elle connaît un moment de désespoir. Mais bientôt une réunion des opposants internationalistes se tient à son domicile. Arrêtée en février 1915, puis de nouveau en juillet 1916 (par «mesure de protection»), elle ne sera libérée que par la révolution. Aussi est-ce depuis sa prison qu’elle fait parvenir la brochure La Crise de la social-démocratie (mars 1916), signée Junius, et ses contributions aux Lettres de Spartakus , voix de l’opposition révolutionnaire de la social-démocratie.

À sa sortie de la forteresse de Breslau (9 nov. 1918), son premier geste est de tenir un meeting sur la place de la ville. Pendant les deux mois qui lui restent à vivre, cette femme va se dépenser sans compter, «comme une chandelle qui brûle aux deux bouts», à la tête de la ligue Spartakus, puis du Parti communiste allemand, fondé en janvier 1919. Lucide sur la difficulté de mener à terme la révolution socialiste, elle compte sur le développement du mouvement de grèves pour arracher les masses à l’influence des dirigeants sociaux-démocrates. Mais la droite décide de passer à la contre-offensive. En riposte à une mesure provocatrice du gouvernement, les ouvriers de Berlin déclenchent, le 6 janvier, l’insurrection. Opposée à celle-ci, Rosa Luxemburg comprend qu’il faut «agir vite». Mais ni elle-même ni aucun chef du parti ne fut en mesure de diriger le combat, qui tourna à l’avantage de la contre-révolution. Le 14, elle écrit son dernier article, «L’ordre règne à Berlin». Arrêtée avec Liebknecht par des officiers des corps francs, celle que Franz Mehring qualifiait de «plus géniale tête que le marxisme ait produite depuis Karl Marx» eut le crâne défoncé à coups de crosse, et son corps fut jeté dans un canal du parc de Tiergarten.

Martyre de la cause révolutionnaire, Rosa Luxemburg s’impose aussi comme une des plus importantes théoriciennes de la pensée marxiste. Sa contribution la plus originale réside dans l’approfondissement de la notion de reproduction élargie du capital. Combattant la vision réformiste d’un système capitaliste qui parviendrait à résoudre ses contradictions, elle cherche dans L’Accumulation du capital (1913) à démontrer que le capitalisme ne peut échapper à la ruine; elle précise comment le capital a besoin de marchés non capitalistes pour réaliser la plus-value; elle conclut ainsi que, le jour où le capital aura désintégré toutes les formes antérieures et où la mondialisation du marché sera un fait accompli, la crise sera inéluctable. Cette conception, fortement teintée de catastrophisme, n’est pas sans implications quant à ses positions politiques, particulièrement en ce qui concerne l’organisation du prolétariat: l’aggravation des contradictions du système lui fait considérer que seul, et spontanément, le prolétariat peut devenir révolutionnaire, donc qu’il faut privilégier la grève de masse. Aussi le regroupement de l’avant-garde ouvrière consciente se réalise-t-il essentiellement au cours de la lutte, le parti apparaissant comme un produit de la crise révolutionnaire; en cela, elle s’oppose à Lénine et aux bolcheviks, qui lui reprochent de surestimer les capacités politiques du mouvement de masse. Après sa mort, les disciples de Rosa Luxemburg cristalliseront ses idées dans une théorie de la «spontanéité révolutionnaire».

Enfin, en tant que dirigeante du Parti social-démocrate polonais, Rosa Luxemburg intervint activement dans le débat sur la question nationale (Question nationale et autonomie , 1908; La Révolution russe , 1918): limitant le fait national à un phénomène culturel, elle stigmatise dans le nationalisme un moyen pour la bourgeoisie d’occulter la lutte de classes et se prononce contre le droit des nations à disposer d’elles-mêmes; cette position sera combattue par toutes les autres tendances du mouvement socialiste, et particulièrement par les bolcheviks, qui lui font grief d’ignorer la dimension politique du problème national.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Luxemburg — • The small remnant of the old duchy of this name and since 11 May, 1867, an independent neutral grand duchy, comprising 998 sq. miles of territory, lying principally between 49° 27 and 50° 12 N. lat., and 5° 45 and 6° 32 E. long Catholic… …   Catholic encyclopedia

  • Luxemburg [1] — Luxemburg (Lützelburg), ehemaliges Herzogthum, seit 1839 getheilt in das deutsche Großherzogthum L. u. die belgische Provinz L. A) Deutsches Großherzogthum, grenzt östlich u. nördlichan Rheinpreußen, südlich an das französische Departement der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Luxemburg — Luxemburg, WI U.S. village in Wisconsin Population (2000): 1935 Housing Units (2000): 754 Land area (2000): 2.067871 sq. miles (5.355760 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 2.067871 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Luxemburg [1] — Luxemburg, 1) ein 1815–66 zum Deutschen Bund gehöriges, seit 1867 unabhängiges und neutrales Großherzogtum (s. Karte »Rheinprovinz«), grenzt im O. an Rheinpreußen (durch die Our, Sauer und Mosel davon geschieden), im S. an Deutsch Lothringen und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Luxemburg [2] — Luxemburg (ehemals Lützelburg), die Hauptstadt des gleichnamigen Großherzogtums, in und über dem engen, malerisch schönen Felsental der Alzette und Knotenpunkt der Linien der Wilhelmsbahn L. Bettenburg (nach Elsaß Lothringen und Frankreich), L.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Luxemburg, IA — U.S. city in Iowa Population (2000): 246 Housing Units (2000): 94 Land area (2000): 0.455380 sq. miles (1.179428 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.455380 sq. miles (1.179428 sq. km) FIPS code:… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Luxemburg, WI — U.S. village in Wisconsin Population (2000): 1935 Housing Units (2000): 754 Land area (2000): 2.067871 sq. miles (5.355760 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 2.067871 sq. miles (5.355760 sq. km)… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Luxemburg [2] — Luxemburg, Hauptstadt des Großherzogthums Luxemburg, an der Alzette u. dem Petersbach; hat Handelsgericht, Militärspital, akademisches Gymnasium (Athenäum), Bibliothek, Antiquitätencabinet, Gerbereien, Pappendeckel u. Preßspanfabrik, Eisenhandel; …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Luxemburg — Luxemburg, altes deutsches Dynastenland, seit 1839 geteilt in: 1) das Großhzgt. L. [Karte: Niederlande, Belgien und Luxemburg I], neutraler Staat, Mitglied des Deutschen Zollvereins, 1815 66 zum Deutschen Bunde gehörig, 2586 qkm, (1900) 236.543… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Luxemburg — [Wichtig (Rating 3200 5600)] Bsp.: • Lasst uns nach Luxemburg fahren …   Deutsch Wörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.